Palma 2018

Publié le : ,
parGuillaume Eugene

Aurélien Bouzon, Stephan Foppolo, Guillaume Eugène et Jonathan

Deme sur le podium à Palma.

Comme l’année passée, la FNPSA a envoyé une équipe pour la représenter à la compétition « trophée des nations et des marques commerciales » à Palma de Majorque. Ainsi Stephan Foppolo, Aurélien Bouzon et Guillaume Eugène se sont, à nouveau, associés, après leur troisième place l’année passée. Pour le rôle de capitaine, Jonathan Deme, venu spécialement de Bretagne, a remplacé Christian Cerboni qui n’a pas pu se libérer.

Forts de leurs connaissances accumulées il y a un an, ils ont complété un précieux repérage sur les zones du bord (moins de 20 mètres) sous un beau soleil et une mer lisse à 15° et 20m de visibilité. Au bout de 2 jours, le constat était le suivant : le poisson était bien présent, les pêches seront surement très importantes, surtout avec les équipes annoncées. Pour ne pas passer à côté de quelque chose, ils ont étendu le parcours en cherchant de nombreuses pierres autour des zones connues et aussi plus profondes, jusqu’à 30m, où sars, corbs et petits mérous sont présents. Guillaume, de son côté, a commencé à chercher entre 40 et 45m et ce n’est qu’au bout de 3 jours de repérage, loin, au large, dans une zone immense où le sable prédomine, qu’il a réussi à trouver les précieuses barres de roches. Au final, il a réussi à trouver des pierres retenant chapons, corbs, sars et dorades et surtout 4 beaux mérous. Des poissons profonds qui laissaient espérer une pêche de qualité.

La veille de la compétition, le vendredi, Stéphan participe au Master (voir ci-dessous) dans une belle tempête, 3m de houle, le constat est sans appel, le bord est désormais vide. Les algues mortes en suspension ont vidé les ragues, quelques rares mulets sont vus au bord mais, avec la tempête, c’est le désert. Avant ce jour-là, ils pensaient qu’il faudrait 40 poissons avec quelques grosses pièces pour gagner mais, avec ce changement, cela sera différent, peut-être que la moitié suffira. Le choix de stratégie sera donc le suivant, Guillaume ira au large et Stephan et Aurélien au bord, sur les repères, en espérant que les conditions s’améliorent.

Jour de compétition…

Apres avoir posé Stephan et Aurélien sur le bord, Jonathan, le capitaine, amène Guillaume au large, le vent est fort, la houle aussi, le fond 43m plus bas. La barre en question abrite de nombreux poissons et deux mérous. Le problème c’est le courant qui est plus que fort (certains profondistes abandonneront leurs parcours). Guillaume commence par tirer un gros corb et un gros chapon mais c’est plus que difficile, le courant pose problème : il est déjà fatigué. A la troisième apnée, il tire un premier mérou de face mais derrière un monticule. Il lui faudra 3 apnées et une seconde flèche pour le sortir, et des efforts couteux. La pierre est pleine de poissons et il reste aussi un mérou théorique mais Guillaume doit abandonner la zone car c’est trop compliqué, le temps file plus que vite, le chrono tourne. Il part donc sur une autre pierre, moins exposée au courant, à 41m, où il prend 2 mérous coup sur coup dont un « bonus » car non-repéré, le plus gros. La quatrième pierre avec un quatrième mérou à faire est visitée mais le poisson est mal placé et Guillaume choisit de rejoindre ses coéquipiers pour compléter la pêche et espérer fermer les quotas (qui font beaucoup de point, le premier quota vaut 1000, le second 2000, le troisième 3000, etc). Il ne reste que deux heures. Stephan a bien chassé, il a pris 7 poissons variés (sars, mulets, corb, labres), l’eau est claire, cela ne ressemble pas à la veille, il y a du poisson. Aurélien, de son coté, a pris trois poissons sur une zone plus pauvre. Il finira sa compétition sur une pierre compliquée à corbs, où, avec grand talent il sortira 3 beaux corbs. Guillaume et Stephan compléteront la pêche avec sars, labres et un gros corb pris dans la fameuse « pierre à Christian ». Au final, avec 26 poissons, nos représentants présentent une pèche fabuleuse, 3 mérous (4, 5.3, 6.3 kg), 1 chapon, 7 corbs, 7 sars, 5 labres, 3 muges, soit 7 espèces (500 points par espèce différente) et 5 quotas (2 quotas de 3 corbs, 1 quota de 3 mérous, 2 quotas à 5 poissons (labres, sars), ils espèrent la victoire…

Mais, avec un des meilleurs chasseurs du monde, Oscar Cervantes, piloté par le meilleur chasseur de tous les temps (Pedro Carbonell) accompagné de Cesar Bustello et de Javier Amores, l’équipe Beuchat a fait mieux. Ils présentent 30 poissons dont 9 corbs (3 familles), 9 chapons (3 familles) et un mérou de 8kg. Ils lèveront le trophée, on les félicite.

Notre équipe, FNPSA-JFE-MARES n’a pas à rougir et termine 2ième à quelques poissons de la victoire (la 6ième famille valant 6000 points), c’est un magnifique résultat, ils sont devant 11 autres équipes comme l’équipe d’Espagne (avec le champion du monde, Xavi Blanco), l’équipe de Grèce, l’équipe Croate Dive-In, l’équipe OMER (avec des profondistes de l’équipe d’Espagne) ….

Nos représentants au niveau du depot de la pêche

La pêche fabuleuse qu’ils ont présentée a été applaudie et, il est clair qu’ils auront marqué les esprits. Les meilleurs chasseurs du monde présents à Palma sont tous venus féliciter nos représentants. On peut les féliciter grandement.

Le classement  

GeneralmarcasNacionesTeamPescadoresPieza MayorPesoPiezasEspeciesCuposTotal
11BeuchatO. Cervantes, J. Amores, C. Bustelo (P. Carbonell)Mero8.050309667.415
22FNPSA-JFE-MARESG. Eugène, S. Foppolo, A. Bouzon (J. Deme)Mero6.225267556.535
31EspañaX. Blanco, S. De julian, J. Fernandez (M.Ferrer)Sargo810369654.501
43Dive InI. Nuic, J. Petrov, M. Baresic (D. Pejdo)lisa1.050337649.695
52GreciaT. Peroulis, G. Kawadias, N. Sarantinos (N. Kambanis)Mero liso2.0552810547.415
63ArgeliaK. Balhadj, A. Medjadi, S. Zaidi (A. Goudji)Lisa1.150166117.565
74MaltaA. Farrugia, M. Aquilina, P. Azzoppardi (M. Galea)Lisa2.310105115.055
84OmerO. Sebastia, E. Martinez, R. Astorga (E. Soto)Mero5.52064114.650
95TecnoBluJ. Mari, F. Ben Maaouia, A. Cabreralubina2.630105012.700
105MéxicoJM Rayo, J Castaneda, JM RiufortCaproig805105110.550
116XT DivingD. Pizentic, J. Marijan, T. Salas (V. Prockic)caproig6807317.575

Le grand video reportage de PescaSubmarinaTelevision.com (avec un bel interview de nos représentants)

Les liens des albums photos.

Nos trois représentants remercient chaleureusement la FNPSA qui leur a fait confiance, Jonathan qui a fait un parfait capitaine, Carlos Escudero qui leur a prêté un bateau et leurs sponsors JFE et Mares.

Les français à la pesée sous les applaudissements

Le Master …

La veille, le vendredi, Stephan a eu la chance de nous représenter au célèbre « Master », une compétition individuelle qui rassemble tous les meilleurs mondiaux. Oscar Cervantes, Daniel Gospic et Giacomo de Mola composeront le podium. Oscar présentant une pêche incroyable, avec de nombreuses prises, dont 3 chapons, 3 saint-pierres et 2 beaux mérous. C’est un champion incroyable qui connait parfaitement les zones de Palma. Stephan terminera 9ième, à quelques points d’une 5ième place, il regrette d’avoir perdu 2 corbs, mais on peut le féliciter, il a présenté une belle pèche avec 7 poissons dont un mérou.

Son CR : 

Après deux jours de repérage et l’annonce au tout dernier moment d’un modificatif de zone pour cause de mauvais temps; le départ est donné…

Je file avec Jonathan comme pilote sur une pierre sur 22 m abritant un mérou autour de la maille, une murène, une famille de corbs, dont un valable, et des sars. En arrivant je suis seul dessus… c’est déjà bien mais la forte houle et le courant bien marqué m’obligent à baliser autour du bloc ce qui à coup sûr ne plaira pas au mérou. Première descente, l’eau est claire et les corbs et la murène sont là, les sars absents ; et comme je le pressentais le mérou n’est pas visible. Je décide de fouiller sans tirer dans la pierre le temps que le poisson en confiance sorte de sa cache. C’est ainsi que 6 apnées plus tard, je le flèche et le sors. Ensuite, je prends la murène et rien de valable de plus. Ensuite nous filons sur un autre poste sur 23 / 24 m avec corbs et sars. Malheureusement je décroche un beau corb mais prendrais un sar. La houle monte franchement d’un niveau, je passe sur un labre sur 26 m qui est absent et je repars sur de petits blocs dans 10 m, et prends un nouveau sar. Je file sur une zone de grosses dalles sur 23 à 27m et je tire, à la première apnée, un beau sar. Malheureusement je constate avec dépit que toutes les pierres au ras du sable sont salies par la houle et donc vides. On rentre donc sur la partie abritée où des labres ont été repérés les jours précédents. Au premier coin je prends une lasagne, mais le temps est passé et tous les compétiteurs sont sur les éboulis repérés. Je passe alors sur des blocs au milieu des herbiers. J’y prendrais une bleue rapidement mais en insistant sur la zone je ne prendrai plus rien. Les autres ne m’ont laissé aucune miette. Et idem sur les autres zones connues depuis deux ans lors de l’open. Je varierai alors de pêche entre indienne dans la houle au bord et fouilles sur des zones plus profondes mais seuls des poissons ridicules seront vus. Il ne reste alors que 20 minutes avant la fin quand je me rappelle d’un tube à corbs dans très peu d’eau pas loin de là où nous étions. On file dessus. Je rentre dans le tube; secoué de tous côtés par la houle. Je vois alors un corb passer comme une flèche, tir réflexe derrière la tête du poisson avoisinant les 800 g et en se débattant, il coince la flèche et se déchire… Deux poissons perdus dans la journée c’est beaucoup trop pour un master.

A la pesée, seule la murène ne passera pas pour 70g et je suis 9ième.

Je remercie Jonathan qui a assuré dans son rôle de pilote avec brio malgré une mer franchement démontée par moment.

Stephan déposant son sac

Le classement du Master: 

pos.ParticipanteEquipoP. MayorPesoCuposPiezasEspeciesTotal
1Óscar CervantesEspañaMero5.475211628.095
2Daniel GospicCroaciaMero7.67019725.475
3Giacommo de MolaItaliaMóllera1.265314523.150
4Santiago López CidEspañaDorada1.020214618.235
5Alberto MarchEspañaEscorball1.295211414.030
6Xavi BlancoEspañaLisa1.035011612.975
7Nikos SarantinosGreciaEscorball1.0651738.335
8Javier AmoresEspañaCaproig8900758.010
9Soppolo StephanMaresMero2.0000647.860
10Eloy MartínezOmerEscorball6901636.935
11Gerasimos KawadiasGreciagrivia6451636.830
12José Luis FernándezCressiTordo4700635.700
13Tasis PeroulisGreciaGrivia6200535.350
14José Mari PeláezTecnobluTordo4150323.115
15Danigel PizenticXT DivingCabracho5900222.580
16César BusteloBeuchatGrivia4400222.400
17Zaidi SofianeArgeliaTordo6400111.440

Message de Christian Cerboni, responsable compétitions FNPSA, à propos de la préstation de nos représentants à Palma:

Malheureusement, je n’ai pas pu être du voyage aux Baléares cette année avec nos 3 champions. J’en profite pour remercier et féliciter Jonathan qui les a accompagné et qui a parfaitement rempli son rôle.

Alors pourquoi faire ce texte si je n’étais pas sur place ?

Simplement pour dire qu’ayant l’expérience de l’an dernier et sachant ce que voulait déjà dire notre place de 3ème en 2017, je mesure bien la valeur de la performance réalisée par nos représentants en 2018. Un bon résultat n’est pas forcément très significatif. Mais 2 très bons résultats de suite peuvent permettre de tirer quelques conclusions.

Oui, nos sportifs ont le niveau international. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on mesure l’écart qu’il y a entre eux et les autres champions provenant des pays majeurs dans notre sport (Italie, Espagne, Croatie, Grèce…). Ecart au niveau des moyens logistiques, financiers, humains… Arrivé à être compétitif aujourd’hui à ce niveau est vraiment méritant.

Les autres grands champions notamment européens font 10 compétitions internationales lorsque les notre en font une. L’expérience qu’ils accumulent ainsi est très importante sachant qu’à ce niveau se sont souvent les détails qui font la différence. La moindre erreur de matériel, la moindre erreur de stratégie sont suivies d’une sanction immédiate. La faculté de prendre la mesure de règlements nouveaux est aussi capitale. Et qu’on ne s’y trompe pas, maîtriser un règlement ne veux pas simplement dire en connaître les différents points. C’est le maîtriser suffisamment pour pouvoir avoir la réaction adéquate à moment donné, dans l’urgence, face à des contraintes nouvelles qui s’imposent pendant la compétition…

Notre équipe a été soudée et complémentaire et c’est en partie là les raisons de son succès. Avec un grand Guillaume qui va travailler des poissons dans le courant, la mer formée à plus de 40 m… et Stéphane et Aurélien qui sont de véritables chiens de chasse pour les poissons entre 0 et 30 m.

Au final, comment ne pas comprendre leur frustration ne pouvoir se mesurer à arme égale avec tous les autres champions dans des compétitions officielles.

Encore bravo à eux et à notre fédération pour l’aide qu’elle leur a apportée.

Christian Cerboni, responsable compétition à la FNPSA

Retour en haut