championnat de France 2023

Publié le : ,
parGuillaume Eugene

Le championnat de France s’est parfaitement bien déroulé les 6 et 7 octobre derniers sur les zones de

Frontignan et de Palavas, avec des conditions météorologiques paradisiaques.

Le podium Féminin

La ligue Occitanie tient à remercier les pilotes de surveillance (Laurent Chavardès, Gérard Barnolès, Hervé Di Raimondo, Christian Willeme),

le directeur de compétition (Patrick Brame), le pompier Luigi, les bénévoles et aides diverses (Philippe Ricard, Grégory Salvet, Bruno Hansen, Paul Sumiens, Denis Pons, Mat Gonzalez, Jean-Sébastien Ray, Jean-Baptiste Clauss, Thierry Courtesolle, Philippe McDaniel, Jean-Marie Ray, Julien Brun, Ricardo Llarden, Vincent Willeme), et le camping Horizon Bar bien sûr… Merci aussi à DentySpearfishing, Stéphane Dudon et Pescasete pour les lots.

Et bien sûr, un grand merci au Secours Populaire pour la récupération de l’ensemble des poissons et le travail des bénévoles dévoués.

La remise des poissons aux bénévoles du Secour Populaire

Le podium royal est constitué de Quentin Roustan, du GPES La Ciotat, sacré champion de France, de Stefan Foppolo et Mathieu Gonzalez,

deux Languedociens. Un grand bravo aussi à ceux au pied du podium, comme Yannick Courtesolle (vainqueur du second jour), Marc Foyer et Aurélien Bouzon.

Et en ce qui concerne Amandine Gomez, que dire… Gagnante des championnats féminins et espoir, bravo, elle est clairement

le futur de la pêche sous-marine en France et vivement les rendez-vous internationaux.

Pour le podium féminin, elle est suivi de Carole Campin et pour le podium espoir et de Loïc Vincent et de Achille Petit , un grand bravo à eux.

Le podium masculin, avec Guillaume Eugène, Organisateur et 8ième

Classement (première partie)

 Classement (seconde partie) 

Compte rendu de Quentin Roustan (Champion de France) :

Que dire de ce titre inattendu à Frontignan sur une zone largement maîtrisée de nos grands champions français qui nous font rêver depuis

tant d’années : Stephan Foppolo, Guillaume Eugène, Aurélien Bouzon. Mon objectif cette année était vraiment de prendre du plaisir avec les

copains et de battre mon ami Valentin Galliero. Après une année très riche en émotions, propriétaire en mars, la déception de ne pas pouvoir

participer au premier Championnat du Monde, mais l’immense bonheur d’être papa pour la deuxième fois d’un garçon. Comment vous dire,

la préparation physique était plutôt : bétonnière, tranchée, élagage, biberons et les sorties loisirs avec mes amis Max Swell, Grégoire Castel,

Alexis Fernandez et Mathieu Pinatel. La compétition a commencé le dimanche 1er octobre au matin après le mariage fou des amis de cœur,

avec mon père et mon fidèle Attilio Acciaro. Nous avons réalisé un travail énorme de prospection de la zone, soit 40 h en mer sur 4 jours,

avec dynamisme, convivialité et un peu de mécanique suite à la casse du boîtier de commande. Les soirées sont courtes, un bon repas et

au lit avec les copains du GPES, notre capitaine Philippe McDaniel, notre champion Angelo Baccei, son pilote Micka Arnaud et notre jeune

vedette Romain Moreau. Le jour J arrive enfin, la forme est là, l’envie d’en découdre est énorme, les conditions sont exceptionnelles sur la

zone de l’eau chaude, de la visibilité et un grand soleil, le départ est donné ! À fond sur la première pierre, j’arrive trop tard, Mat Gonzalez est

déjà là ! Le temps de me mettre à l’eau, il a déjà tiré la première mostelle. Ce n’est pas grave, je continue mon parcours et les poissons

s’enchaînent. Je finis avec 21 poissons, dont 19 valables, pour un total de 150 apnées en 6h, ce qui me classe 3ème de la journée, derrière

l’indémodable Marc Foyer et le champion Stéphane Foppolo. Le deuxième jour, comme le premier, après une bonne nuit de repos, l’envie

est similaire, top départ, je commence sur une pierre magique seule où je prends 5 poissons en 7 apnées. Les autres suivent, et je ferme le

quota de 24 poissons. Malheureusement, il y en aura que 23 de valables, pour un total de 147 apnées en 6h, ce qui me place 2ème de la

2ème journée, derrière une très belle pêche de Yannick Courtessole. Je finis donc 1er au général et champion de France 2023. Voilà, que

dire à part que j’ai pris énormément de plaisir. Je pense que c’est vraiment l’essentiel. Si j’ai réalisé ce résultat, c’est grâce à vous tous qui

m’avez fait grandir depuis mon premier championnat individuel en 2017, vous les copains qui avez su me partager votre humilité, vos valeurs

et votre passion pour ce sport qui est exceptionnel. Vivement 2024 pour de nouvelles aventures avec cette grande famille. J’ai énormément

de chance d’être aussi bien entouré par toutes ces personnes bienveillantes. Je remercie bien sûr ma femme fidèle et dévouée qui me

soutient depuis 15 ans, mes parents sur qui je peux compter au quotidien. Mention spéciale à mon pilote et mon partenaire dans les bons

et les mauvais moments des compétitions, merci Papa. Je remercie Marcello Alba pour sa confiance et toute l’équipe SEAC TEAM.

Merci à Yves Bernhard, notre président au grand cœur du GPES, et tous les bénévoles de la fédération.

Félicitations à Guillaume Eugène pour cette belle organisation, et au camping Horizon pour leur accueil. Vive la FFPSA.

Quentin et son père pilote

Compte rendu de Stephan Foppolo (second) :

Jour 1 : Grand beau temps !!! La semaine précédente, l’eau était très claire et poissonneuse, et donc la journée allait se jouer sur les familles supplémentaires autres que sars et labres merle. C’est sur cette idée que je démarre la compétition en filant sur une pierre où une belle mostelle était repérée. Arrivé seul sur cette pierre à Palavas alors que 95 % des équipes sont autour de moi, je pense que ça va sourire. Je descends et constate dépité que le coin est vide. Ce n’est jamais arrivé depuis que je l’ai trouvé cet été.

Bref, je remonte et file avec mon pilote Jérôme Roche sur une grosse vieille que j’accroche après 10 apnées pour la faire sortir des posidonies. Ensuite, j’enchaine les plateaux, tantôt du bord, tantôt du large sur Palavas, et tire ainsi une bonne dizaine de poissons en 1 heure. Pas trop mal. Je passe sur le Prévot et en deux apnées, tire un beau sar et une grosse vieille qui ferme le quota de 4 pour le labre merle. Je passe alors sur une pierre à 30m plus loin et ferme mon quota de sars en en tirant deux de plus, 1,1 kilo dans la même dalle. 14 poissons de belle taille en deux heures, c’est bien parti, mais maintenant va falloir trouver des mostelles ou autre, ce qui ne va pas être aussi facile. Je file alors sur Maguelone sur les pierres profondes. Je tire dans la boue un loup de 1,350 kilo et une mostelle valable en plus de 3h… Dur dur !!! Je rentre complètement au bord et tire une mostelle de plus, de 34 cm tout pile. J’enchaine alors les agachons sur des remontées et tombe sur une belle rascasse qui sera le dernier poisson épinglé de ma journée. Je termine avec 18 beaux poissons bien maillés, qui me donnent la première place de la journée.

Jour deux : Comme la veille, je démarre sur une mostelle et elle n’est pas là !!! 6 sars valables sont présents mais trop petits, je laisse. Pierre d’à côté, je tire un sar et une grosse bleue. Je laisse encore 5 sars valables dans la pierre. Rage d’après un sar de plus. Je passe sur un tube où une grosse mostelle naviguait le 3 jours plus tôt et rien… Mostelles aux abonnés absents… Pas bon. Bref, en 1h45, j’ai mon quota de sars, de labre merles et de crénilabres. Il me faut trouver des mostelles… Je pars alors vers le port sur les mattes. Je retournerai des dizaines de pierres et autres ragues sans trouver plus gros de 20 cm… J’enrage. Je file alors sur des postes d’agachon pour hypothétiquement tirer vérade, béco ou dorade, mais malgré l’eau claire et un gros courant d’ouest, rien de valable ne sera vu. Je repars alors sur la première pierre visitée ce matin en espérant que la mostelle soit revenue. Je descends et ne la vois pas… 5 beaux sars sont dedans la pierre et un gros crénilabre tout collé contre le fond. Je remonte dépité, mais en surface je me dis que les sars sont quand même très calmes et que c’est louche. Je redescends donc et vois le crénilabre nager devant la pierre. Lorsqu’il me voit, il rentre comme un fou dans la faille et se recolle au fond tout en vibrant. Et là, juste derrière, attirée par le mouvement du crénilabre, voilà la mostelle qui sort d’un tube ridicule. Je la tire et c’est la fin. Avec 19 poissons, je finis 7ème de la journée et 2ème du général pour la 3ème fois. Le titre à la maison ne veut pas de moi. Je tiens à remercier mon pilote et coéquipier Jérôme Roche, toute l’organisation pour ce beau championnat et Sigalsub pour son soutien. Bravo à tous les compétiteurs, à Quentin, Mat, Amandine.

Stephan et sa ceinture du J2

Compte rendu de Mathieu Gonzales (troisième) :

C’est avec beaucoup d’ambition et de détermination que j’aborde ce championnat 2023 à domicile. La grande frustration emmagasinée lors du dernier championnat de France à Hendaye me pousse à changer ma préparation. Je décide donc de mettre toutes les chances de mon côté sur la préparation mentale pour enrayer certains mécanismes chez moi. La concurrence est énorme sur ce secteur et les conditions du moment ne vont pas arranger les choses, l’eau est très claire et le poisson bien présent. Ce championnat s’annonce très ouvert pour tout le monde.

Je démarre la première journée sur Palavas par une pierre où une mostelle avait été repérée par pas mal de monde. J’enchaîne ensuite à l’est de la zone par des pierres où les sars étaient bien présents lors du repérage, j’atteins rapidement mon quota de sars et de labres merles en prenant beaucoup de poissons de dessus en survolant les pierres. Une mostelle non repérée sera également prise. On décide de changer de secteur en pêchant à l’agachon. Rien de valable mis à part un crénilabre qui complétera ma pêche. Il me reste 3/4 d’heure et je décide d’aller en toute fin de zone pour une jolie mostelle qui s’avérera imprenable après un enchaînement d’une vingtaine d’apnées. J’améliorerai cependant ma pêche avec deux jolis sars, dont un décroché qui se rendra seul au bateau 20 minutes après l’avoir perdu. Objectif personnel atteint sur cette première journée avec 17 poissons valables pour plus de 16 000 points. Je finis 6e à 81% du premier. J’espérais être un peu plus dans le coup, mais les gars ont très bien pêché. Ce n’est pas grave, les Aresquiers c’est mon jardin, j’ai de très belles pierres, tout est encore jouable.

J’attaque cette deuxième manche très détendu, avec l’envie de me faire encore plus plaisir que la veille. Je démarre en terre par de l’agachon, mais rien d’intéressant. Je me décale sur une première pierre, de jolis sars tournent devant, j’en prends deux à la coulée puis en décroche un à trou. Je laisse reposer et passe à la suivante. Une pierre folle, pleine de beaux sars qui tournent tranquillement devant l’entrée dans une micro cuvette. Objectif : 3 sars max, je les préleverai toujours de dessus. Un congre s’invite, je le picote pour qu’il parte et laisse cette superbe pierre. Satisfait d’avoir déjà 5 sars, je décide de préserver cette pierre sans y pêcher à l’intérieur étant certain de faire mon quota de sars ailleurs. J’enchaîne donc mes pierres à la recherche de mostelles, mais malheureusement toutes absentes. Je prendrais toutefois une mostelle après plusieurs descentes sur une pierre repérée et je clôturerai mon quota de sars autour de cette zone. Il me reste 3 heures et je n’ai toujours pas de labres. Je décide de survoler quelques zones propices avec mon 75 tahitien et là, incroyable, je croise en pleine eau une daurade d’un kilo ; je m’immobilise en pleine eau, elle continue sa route… j’hallucine ! Par chance je suis exactement dans l’axe du soleil, j’aligne le bras lentement et la sèche net. Je décide rapidement de passer à l’agachon avec mon invert 80. J’enchaîne les spots et prends ainsi mes 4 labres et 2 crénilabres. Il reste une heure de compétition, je m’écarte sur les secteurs peu fréquentés en insistant à l’agachon et tombe sur un spot bien poissonneux. J’aperçois un joli denti en fin d’apnée. Je reste bien calme, appelle, et il me revient après de longues secondes, de face, comme dans un rêve. Je le sèche net, lui aussi je suis en état de grâce. Je remonte en surface en criant toute ma joie sur cette folle action. J’ai du mal à me remobiliser, je suis en folie, mais continue à enchaîner les agachons sur le secteur, en vain. Je finis ainsi la manche avec 19 poissons au total, pour plus de 20 000 points, objectif là aussi atteint. Quentin Roustan et Yannick Courtessole ont très bien pêché également, je finis la manche en troisième position à 95% de Yannick premier. Ce qui me permettra d’accrocher le podium au général à quelques % du second, dommage, et quelques % devant Yannick 4e, tant mieux. L’objectif avant le championnat était clairement de décrocher le titre, mais Quentin Roustan a été meilleur et je l’en félicite, bravo à lui. Ce magnifique championnat a été très serré entre tous les compétiteurs, bravo à tous ! Un immense remerciement à toute l’organisation qui s’est démenée pour l’aboutissement de ce bel événement. Une attention particulière à mes pilotes Jean Sébastien sur la zone de Palavas et Quentin Jammier sur les Aresquiers, ils m’ont été d’une aide précieuse. Et un grand remerciement également à mes barqueros qui se reconnaîtront pour le travail effectué pendant le repérage. Merci les gars ! À l’année prochaine, Mat.

Mat et son denti de 2.5kg, le plus beau poisson du championnat

Compte rendu de Thierry Courtesolle (père et pilote de Yannick Quatrième) :

J2 arresquiers 1 er résultats la mauvaise place 4 ème dernière mat???? J1 Palavas. 33 chasseurs venus de tous les comités français sont là pour en découdre. Pétole eau 22 degrés ciel bleu. C’est parti pour 6h. Première pierre Yannick est en forme 2eme apnée 1 labre 3 ème apnée 1 sar deuxième pierre 2 sars de plus sont fléchés. Court déplacement 1 lasagne et 2 gros sars. 7 poissons à une heure ça sent bon. Puis 45 minutes de passage à vide. Puis 2 gros sar et 1 labre capturé. Nous abordons notre pierre favorite ou d’énormes sars et une grosse mostelle. Déception 1 seul sar pris ,notre pierre magique est vide. L’heure tourne ,sur un tombant au hasard capture 1 labre puis doublé de sar valable quota atteint plus qu’une heure de compèt. Retour sur une pierre déjà pêchée au début pour 1 gros labre aperçu chouette il est présent, quota labre atteint . On finit sur des agachons stériles ,beaucoup de petits poissons. C’est fini. 15 poissons sur une mostelle incertaine de quelques millimètres. Déception beaucoup de grosses pêches . La peser nous enlève la mostelle et plusieurs places dans le top 10. Yannick et 11eme. Nous n’avions pas assez de pierres sur cette zone une fois toutes visitées nous avons cherché un peu au hasard bilan 10 sars, 4 labres et 1 lasagne. J2 les aresquiers. Même temps avec un léger courant d’ouest et un petit clapot. L’eau est claire nous commençons par « carton » la pierre de Paul sumien qui est avec nous aujourd’hui mais vide ,on enchaîne les pierres 2 labres un créni et 2 rascasses en 45 minutes ,nouvelle Pierre 2 labres dans l apnée puis 1 mostelle . Un créni labre et 2 sars on ne sait plus où donner de la tête entre couper les queues et mesurer c’est l’euphorie. Une autre pierre sur le plateau perdu ça recommence. 9h55 un sar 10h doublé de sar 10h23 1 labre,2 rascasses et doublé de sars 1h15 de compèt il a fait le plein 19 poissons valable maintenant la stratégie d atteindre les 24 prises. Nouvelle zone 2 labres 1 creni. Il reste un peu plus de 2h. Yannick décide l agachon en fin de zone à l’ouest pour essayer de faire des beaux poisson. Sur la zone d’agachon une pierre perdue j’insiste pour qu il visite cette dernière il fera un gros sar et une lasagne.On danse sur la bateau????. Rien de valable à l’agachon retour vers le point de rendez-vous sur le chemin on rajoute un creni ça fait 23 poissons valable. Bilan 10 sars ,4 crénis,4 labres ,1 lasagne,1 mostelle et 3 rascasses remerciement à Paul pour son aide précieuse aux repérage et aux copains qui se reconnaîtront pour avoir dévoilé quelques pierres secrètes bravo à tous les compétiteurs et bénévoles et à l’organisation. Yannick gagne la journée je suis très fier de toi .

Yannick et son père pilote, vainqueur de J2

Compte rendu de Amandine Gomez (Championne de France Féminine et Espoir) :

Voici mon retour sur le championnat de France. Ce fut ma deuxième expérience en compétition où j’ai eu la chance de pouvoir repérer pendant six jours. Ne connaissant pas la zone, il était nécessaire que je prenne le temps de la découvrir. J’ai également eu la chance d’avoir de l’aide de personnes qualifiées pour pouvoir m’aider à décrypter ces zones, ce qui m’a permis d’établir une stratégie avec un parcours précis contenant une multitude de points, contenant une diversité de poissons nécessaires le jour de la compétition.

Je commence la première journée avec 13 poissons, dont neuf sars, ce qui me permet de me classer 17e au classement général. Le deuxième jour fut plus compliqué, car je ne capture que neuf poissons, dont un non valable, ce qui me repousse à la 21e place au classement général.

Je termine tout de même première jeune espoir et première féminine. Je suis très contente de ces résultats et je remercie mille fois mes deux pilotes, Stéphane et Antoine, de m’avoir suivie lors de ces deux jours, toute l’équipe de France, les organisateurs et les bénévoles de la compétition.

Amandine, et sa ceinture du J2

Retour en haut